Quand Google Images optimise la recherche avec la norme IPTC...

Les webmasters et photographes peuvent optimiser les informations de leurs images avec IPTC
Les webmasters et photographes peuvent optimiser les informations de leurs images avec IPTC

Quand on est en manque d'inspiration visuelle pour un article où que les photos de votre client ne sont pas suffisamment qualitatives pour être attractives, on se retrouve souvent sur Google Images à chercher une source pour travailler. Et, à force de labourer toute la toile à la recherche de photos et illustrations, notre ami GG nous permet de trouver plus en plus facilement des contenus photographiques soumis à copyright ou non.

C'est dans cet esprit d'amélioration générale de la recherche d'images (et sans doute d'une meilleure identification des sources de droits à l'image) que Google à intégrer depuis Septembre 2018 l' « IPTC Photo Metadata Standard » afin de se rapprocher des pratiques déjà valables depuis plusieurs décennies dans le domaine de la photo et de la photo de presse. En effet, d'après une enquête réalisée il y a quelques temps, 80% des professionnels de la photographie remplissent ses champs d'informations contenus dans les clichés de leurs appareils photos afin de faciliter le transfert d'informations sur la nature technique, contextuelle et des droits liés à ceux-ci. Des informations réutilisées par les plateformes de ventes de photos afin d'en faire le classement.

Dans cette optique, GG à donc intégré des lignes de crédits photos dans ses présentations qui, lorsqu'elles sont enregistrées dans l'entête du cliché, sont répertoriées à l'indexation de l'image. Mais l'annonce du 27 septembre 2018 n'était pas une simple avancée dans le domaine du copyright mais c'est également pour Google une source non-négligeable d'informations pour améliorer la pertinence de classement des photos dans Google Images. Parce que sur Google Images, on trouve de tout et tellement de tout qu'il faut savoir faire la différence entre un cliché commercial, un cliché à vendre sous license et une photo prise par un reporter dans un conflit armé. Aussi, d'après le site officiel de l'IPTC, Google a planifié d'étendre ses fonctionnalités autour de ces datas avec de nouvelles mises à jour à partir du printemps 2020. ça tombe bien, nous y sommes !

Google Images intègre les informations IPTC - source: iptc.org

L'IPTC, à travers le système XMP, est un standard en évolution permanente. Une évolution a encore été publiée en février 2020, et elle dispose d'une logique de remplissage permettant d'avoir des informations précises sur la nature d'un cliché, ce qui compose la prise de vue avec le détail des noms des objets (ou du nom du peintre et de l'oeuvre pour les photos de tableaux de Maître, par exemple), le lieu où la photo a été prise avec intégration de coordonnées GPS et/ou de l'adresse, sans oublier, dans le cas de modèles présents sur la photo, la possibilité de renseigner des informations sur celui-ci, ainsi que les humeurs présentées sur le cliché (tristesse, joie, mélancolie, romantique...).

Ami(e)s photographes et webmasters à vos logiciels ! Ouvrons GIMP et autres Adobe Photoshop pour partir à la découverte de ces informations stockées dans les entêtes de vos fichiers JPEG, PNG ! Pour les utilisateurs de smartphone, il existe aussi des applications permettant d'accéder aux données EXIF des images et de modifier les données IPTC / XMP. Car, à l'heure actuelle, l'écrasante majorité des clichés diffusés sur les sites web n'ont pas d'informations de renseignées dans les entêtes, soit par oubli, soit par effacement pour question d'optimisation des poids pour diffusion sur le web ou autres. Un effort réalisé par Google pour son moteur d'images mais encore en devenir sur les réseaux sociaux (Instagram, Facebook, Pinterest, Twitter...) où les sources des clichés sont encore partiellement identifiables.

Pour le référencement naturel, cette norme viendra peut-être prochainement enrichir la panoplie des systèmes seo pour améliorer la visibilité et l'optimisation des images dans les pages de résultats. Remplir les balises IPTC/XMP viendra compléter des techniques comme le remplissage correct du nom de fichier image, de la balise img avec l'utilisation de la balise alt dans votre code html ou un contenu textuel proche comme l'ajout de titres ou d'une légende par exemple et la création d'un fichier sitemap pour les images. Cette potentielle aide au référencement ne devra pas se faire avec excès (le nombre de renseignements apportés peut-être très important et pas forcément tous nécessaire) pour éviter qu'il rentre en conflit avec d'autres optimisations comme le poids des images pour améliorer le temps de chargement des pages de votre site web. Pour plus d'infos sur les techniques à employer, consultez un consultant en référencement qui vous apportera des informations pour améliorer le site ou créer un site optimisé selon la nature de vos contenus.

Le site de l'IPTC

(Image par Free-Photos de Pixabay)



Derniers articles

Sujets abordés

SUGGESTIONS D'ARTICLES

Vous avez une idée d’article à nous proposer ? N’hésitez pas à nous écrire afin de nous communiquer vos suggestions. Nous serions ravis d’étudier cette proposition avec vous !

SUGGESTIONS DE SUJETS

Vous avez une idée d’article à nous proposer ? N’hésitez pas à nous écrire afin de nous communiquer vos suggestions. Nous serions ravis d’étudier cette proposition avec vous !